DEFIS 2022 ECRITURE, minceur

De petits bonheur en bonne humeur

Aujourd’hui je me suis sentie libre, sereine et épanouie.

Aujourd’hui j’ai choisis de porter mon regard sur tous ce qui me faisait du bien, ce qui me faisait vibrer, ce qui me faisait sourire. J’avais envie de regarder le monde comme un enfant innocent, qui s’émerveille de tout, plonge dans son imaginaire et vis sa propre réalité.

Aujourd’hui j’ai accueilli des émotions négatives, comme l’angoisse liée au Covid et à mes enfants qui grandissent dans cet environnement. Quand j’ai du accueillir le fait qu’ils devaient être testés pour retourner en classe, ou non. je peux faire le choix de les garder à la maison 7 jours. Ce qui vibre vraiment au fond de moi, c’est ce choix. La réalité est que j’ai des rendez-vous et des accompagnements prévus, et qu’au delà du fait qu’il m’est difficile de les reporter au vue de mes délais de prise de rendez-vous, si je ne travaille pas je n’ai pas d’argent. J’ai donc du accueillir cette deuxième émotion d’angoisse. La vie est faite de choix, j’ai choisis de ne pas les subir. Je ne peux pas absolument rien maîtriser de l’extérieur mais je peux maitrises mes choix et ma manière vivre les situations, je peux choisir mes pensées et mes émotions. La question que je me pose le plus est la suivante : comment je peux vivre au mieux, pour moi et pour mes enfants, la situation/l’évènement ? J’ai accueilli, pris le temps de vider mon sac et de respirer puis j’ai avancer 🙂

Aujourd’hui pour bien démarrer ma journée, j’ai fait du sport. Je devais aller courir mais le froid ce matin, m’a démotivé. Pour être tout à fait honnête ce n’est pas le froid qui a eu raison du footing c’est que je me suis posée des questions. Parfois il faut juste se répéter son but, choisir l’action à mettre en place et y aller. Parfois se poser des questions et rentrer dans un dialogue intérieur c’est renoncer. Je me suis posée trop de question j’en ai perdu la motivation. Perdu la motivation du footing pas du sport, j’en connais trop les bienfaits aujourd’hui pour m’en passer. J’ai choisi de faire 20 min de « muscu » et ensuite 40 min de zumba pour me défouler en musique, en dansant, en kiffant. J’avais le sourire tout le long. Parce que je m’en fiche en vrai de ce à quoi je ressemble quand je suis le cours, je m’en moque de me tromper, juste je m’éclate !

Parfois il suffit de sourire ou de rire pour que tout devienne plus agréable.

J’ai bosser de chez moi, de superbes accompagnements, de superbes rencontres de clientes. Puis j’ai bosser ma stratégie et réfléchis à ce que je voulais proposer aux gens pour les accompagner au mieux. J’ai adoré travailler ma vision, ma communication et réfléchir à des actions. Je n’ai plus jamais l’impression de travailler depuis que je suis à mon compte. Je fais ce que j’aime, j’adore ce que je fais et j’y mets tellement de coeur. C’est un pur bonheur. Je sais la chance que je me suis donnée, et celle que je veux me donner pour le futur.

J’ai pris le temps de manger devant une série que j’adore, de boire un super bon cappucino, de déguster un chocolat. J’ai adoré m’être organisée pour aller chercher les enfants à l’école ! J’aime tellement les voir me sauter dans les bras 🙂 On a pris le temps de s’arrêter pour s’émerveiller et admirer le coucher de soleil, le ciel était magnifique. On a chercher des formes dans les nuages et les couleurs du ciel. Je me suis promise d’être cool ce soir, il n’y a pas école demain ! Je suis heureuse de notre soirée dans le calme, j’avais juste envie de profiter d’eux alors on a joué, pris les bains et manger un apéro sain devant la TV à grignoter et à rigoler 🙂 Une parenthèse dans la semaine, on s’est cru un samedi soir quel bonheur de s’offrir ses moments.

Des petites choses qui ont fait mon bonheur et me rappelle la chance que j’ai de pouvoir profiter de la vie en ayant un toit sur ma tête et de quoi manger, du chauffage, des habits chauds et à notre goût, une voiture pour me déplacer. Parfois il faut vivre, ne plus se poser de question et tourner son regard vers tout ce que l’on. Parfois il suffit d’être et de vivre, de sourire.

(Jour 9, défi 365 jours d’écriture partagée)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s