DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

Je ne crois plus en moi

Avant j’aurai probablement tout arrêter, j’aurais cru que ce n’était pas bien que je n’étais pas capable, que ce n’était pas la bonne chose, qu’il n’y avait pas de clients pour ça, que moi je ne pourrais jamais vendre en ligne… mais je n’aurais pas abandonnée, j’aurais juste dévié encore une fois, parce qu’au fond de moi je le sais que je suis faite pour ce métier.

J’ai lancé les Sacrées Box, au mois de décembre…, un format d’accompagnement qui me tient tellement à cœur… je l’ai créé car je sais que ce format répond à un besoin, que chaque box est transformatrice, j’y ai mis mon coeur, du fun, de la joie, du bien-être, mes connaissances … J’en ai vendu quelques-une mais pas autant que je l’espérais. Avant j’aurais tout remis en question (y compris moi, ma valeur) mais au lieu de me focaliser sur ce que je n’ai pas vendu je me focalise sur les incroyables retours que j’ai de ceux qui les ont achetées.

Je fais taire mon égo, qui me dit que je ne suis pas assez, moins bien que les autres et mon mental qui pour m’éviter des émotions négatives me fait surgir plein de pensées de merde selon lesquelles c’es trop difficile de faire sa place en ligne, qu’il existe déjà beaucoup de coach, que je n’ai pas assez de followers, …..

Je respire. Encore Je respire …. Je choisis mes pensées et l’angle de vue que je veux. Je continue, ça ne fait qu’un mois que j’ai sortie ce produit. Je me rappelle pourquoi j’ai voulu créer ce format d’accompagnement : simple, rapide, efficace et en autonomie ! Seulement 5 minutes par jour peuvent changer la vie ! Depuis que je l’applique j’ai changé ma vie et je me sens tellement bien ! Je le sais je le vois chaque jour avec mes clients, ils se transforment à coup d’action Fuck, Fun LOve en seulement quelques minutes chaque jour. Je sais qu’il n’y a pas forcément besoin de 12 séance, de suivis, de complications, ça peut-être simple. Je sais que c’est un bon produit, je sais qu’il peut transformer votre vie comme il a transformé la mienne et comme il transforme celle de toutes mes clientes. Je sais tout l’amour que j’ai mis dedans, le fun, le fuck, je sais tous les outils et les exercices, toutes les ressources. Je pense même que je devrais les vendre plus chère vu les contenus et les résultats que l’on peut obtenir. Je sens que les sacrées box peuvent permettre à chacun de se sentir sacré.

Je ne veux pas me laisser plomber par le fait que pour le moment je n’ai pas encore les ventes espérées. Je crois réellement en cette forme d’accompagnement autonome et je crois réellement en moi. Je ne veux plus me laisser duper par mon ego qui lui ne raisonne qu’en terme de ventes, de chiffre d’affaires, de réussites. Je veux écouter mon cœur, mon intuition, mon instinct qui me dit que c’est le bon produit, qu’il va trouver ses clients et qu’il va pouvoir aider des dizaines, des centaines de personnes à créer leur propre routine mieux-être et à s’épanouir. Il vas permettre aux personnes de se kiffer et de kiffer la vie de s’alléger, de lâcher-prise comme je l’ai fais.

Quand je regarde tout le chemin que j’ai parcouru je me dis vraiment que tout est possible, j’y crois, j’ai fois en moi et en la vie. J’ai les outils , les ressources. Je suis fière : j’étais cette petite fille qui se sentait pas à sa place, moins bien que les autres et moche et grosse. Qui se sentait différente et faisait tout pourtant pour être comme tout le monde; Qui stressait de tout, qui avait peur, qui avait des maux de ventre à en être hospitalisée … pour du stress ! J’étais cette adolescente perdue quand la mort à emmener ma marraine, devenue anorexique puis boulimique qui haïssait son corps, sans sens dans la vie, qui ne croyait plus en grand chose et surtout pas en l’amour. J’étais hyper active, speed, angoissée, à me poser milles questions jamais bien ! Waou bravo Sabrina. Je suis fière de moi. Aujourd’hui je m’aime, j’accepte mon corps, je me sens libre, épanouie, vibrante, animée par quelque chose de fort, confiante et profitant de l’instant présent un peu plus chaque jour. Je crée ma vie.

(écris 18/365, défi 365 jours d’écriture partagées)

DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

Avant je me posais des questions …

Avant je me posais des questions maintenant je suis …. Je voulais écrire je vie… lapsus révélateur 🙂

Ça peut paraître bizarre pour une personne dont le métier de coach holistique est de poser beaucoup de questions… Mais j’ai envie de dire il faut aussi savoir parfois arrêter de s’en poser. Il y a des domaines dans lesquels c’est important et d’autres où on devrait apprendre à se dire fuck.

J’ai envie de me poser des questions sur mon développement personnel, la croissance de mon business, l’orientation et le sens que je veux donner à ma vie. Mais je n’ai pas envie de me poser des questions sur : que vont penser les autres, est-ce que ça va plaire aux autres, est-ce que ça se fait, ou encore est-ce que je suis assez belle, stylée, compétente, avec assez de diplôme bla-bla bla-bla

J’ai envie de me lâcher la grappe. J’ai envie d’arrêter de me poser des questions et de me faire des nœuds au cerveau sur le futur, il est pas encore là. J’ai envie de profiter de l’instant présent. Je passe tellement de temps parfois à m’inquiéter pour l’avenir que j’en oublis de vivre. J’ai passé tellement de temps à détester mon corps, à ne pas m’aimer et à me priver de faire des choses à cause de l’image que j’avais de moi ! Je ne veux plus de ça. Je me sens tellement libre depuis que j’ai fais la paix avec mon corps et mon image. Je veux faire pareil avec mon mental, pensée oui, me poser des questions parfois oui mais pas faire que ça.

Je sais aujourd’hui que la vie peut aussi être fluide, simple, kiffante. Je sais qu’en changeant mon angle de vue je peux savourer. J’ai le droit de relativiser, de remettre à plus tard et même de dire FUCK si j’en ai envie et qu’est ce que ça fait du bien.

Autant qu’aller au milieu d’un champ et crier, hurler tout ce que l’on a sortir, ou inspirer et sur l’expiration dire tout plein de gros mots en pensant à tout ce qui nous emme…. Si si essayez, ça fait vraiment du bien ! Si le dire ça vous ne convient pas vous pouvez aussi l’écrire et ensuitte kiffer rayer déchirer et jeter.

Profitons chaque jour un peu de la vie, parfois certaine journée plus que d’autre mais profitions de la vie. Arrêtons d’attendre on ne connait pas demain, on la jamais connu, on ne le connaitra jamais. Vivez, vibrez et kiffez autant que possible.

De petites choses, de grandes choses, de bonheur simple en réalisation de soi ou en réalisation d’objectifs, en écoutant de la musique, en écrivant, en dessinant, en dansant, en observant le ciel, en marchant, à l’intérieur ou dans la nature, ici ou ailleurs, seule ou en compagnie. C’est la manière dont nous décidons de voir et de vivre les choses qui peuvent les rendent belles, neutres, nuancées ou moches 🙂 J’ai décidé de devenir amoureuse de la vie.

(écris 17/365 jours, défi écriture partagée, 1 écrit chaque jour)

Si tu as envie d’écrire pour ton mieux-être et ton épanouissement et que tu ne sais pas pour ou commencer j’ai un cadeau pour toi, écris moi « cadeau écriture » à uninstantsacre@gmail.com

DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

Lâcher prise

J’arrête de me battre pour des règles qui ne sont même pas les miennes. 

Je m’en moque moi que mes enfants changent de place à chaque repas, et qu’il préfère être là ou là, tant qu’il mange et qu’il reste à table le temps de manger. Je m’en moque qu’il mange le dessert avant le plat ou l’entrée après, tant qu’il mange. Je m’en moque que parfois ils choisissent des habits que je n’aime pas, si il y trouve le moyen de s’exprimer; Je comprends qu’ils ne soient pas toujours d’accord avec moi, j’écoute leurs avis mais ils ne dirigent pas la maison. Personne ne la dirige d’ailleurs c’est pas ma vision. Y a des règles sur des choses importantes à nos yeux, mais il n’y aura plus de règles importantes aux yeux des autres ou de la société. Je comprends qu’ils hurlent, pleurent, s’expriment violemment moi aussi parfois je le ferais bien si je pouvais lol mais je sais qu’il y a un contexte, un lieu et mille et une façon de gérer ses émotions. Alors je les guide dans cette voie. Non c’est non, mais ils ont le droit selon moi de dire qu’ils ne sont pas d’accord ou qu’ils ne comprennent pas, je les guide dans la manière de s’exprimer du mieux que je peux …. Et je crois qu’envoyer balader les conventions et l’avis des autres sur l’éducation des enfants a bien été le truc le plus libérateur …. 

Je me suis beaucoup trop mise la pression en voulant tout faire bien, en espérant ne pas leur transmettre de croyances limitantes, de programmations cristallisantes ou en voulant à tout prix développer leur conscience, leur proposer toujours des activités, m’occuper d’eux à 100% quand je suis avec eux. Je me suis épuisée à contenir ma frustration, à ne pas écouter mes envies et mes besoins. Je me suis épuisée à vouloir être une maman 100% parentalité positive/bienveillante.

En fait j’ai compris que la parentalité positive/bienveillante c’était d’abord pour nous ! Pour nous écouter nous, gérer notre fatigue, notre stress et nos émotions, prendre du temps pour nous et écouter nos besoins et nos limites. J’ai compris qu’avant tout personne n’avait à me dicter quoi que ce soit et que je pouvais écouter mon coeur. Si je suis en adéquation avec mes valeurs, si je suis reposée, si mes besoins sont comblés et mes limites respectées je suis plus patiente, plus à l’écoute, plus ouverte et je suis le miroir dans lequel ils peuvent se refléter. Et c’est ainsi qu’ils apprendront à se faire passer en premier, à s’écouter et à être eux même, à exprimer leur besoin et leur limite avec nous mais aussi avec les autres. Ce que je veux leur transmettre c’est écoutez-vous, soyez-vous, kiffez-vous et kiffez la vie ! Rêver et donnez vous les moyens de réaliser vos rêves.

Et toi quelles règles tu t’imposes ? 

Est ce que c’est vraiment ta vision ? Ton envie ? 

—————————-

😎 Moi c’est Sabrina, thérapeute corporel & Coach holistique, Facilitatrice d’épanouissement et de mieux être 

🌸 Co créons ensemble ton épanouissement personnel ou professionnel 

   – Alignement Corps Coeur Esprit 

   – Transformation simple & rapide

   – Dire Fuck & Vivre Fun and Love 

🎊 Accompagnement individuel, programme en ligne, création d’auto coaching sur mesure (inédit) & MÉTHODE DE COACHING UNIQUE sans face à face ! Deviens bêta testeuse 

—————————-

Pour les mamans :

Je vous accompagne à trouver votre équilibre dans cette votre vie de famille. Je vous aide à trouver votre place en tant que maman et en tant que femme,  je vous aide à ne pas vous oublier et à vous épanouir dans tous les domaines de votre vie. Je vous accompagne pour vous permettre de créer vos propres règles de vie et vos propres codes !

Que vous vous sentiez perdue, fatiguée, triste, pas à votre place, épuisée … je vous tends la main et ensemble nous cherchons votre nouveau sens et votre bien-être. 

Je vous accompagne aussi dans les moments difficiles avec vos enfants (sommeil, alimentation, allaitement, parentalité positive à votre façon). J’accompagne les conflits de famille et les couples en difficultés.

Je n’ai qu’un seul objectif : vous permettre de dire FUCK, ajouter du FUN à chaque journée & vivre LOVE … Kiffez vous et kiffez la vie ! Simplement, facilement avec plaisir.

business, DEFIS 2022 ECRITURE

Se libérer du poids de l’argent

Dans ce texte je vais parler business, argent, abondance car j’y suis confrontée et que je me suis lancée le défi de 365 jours d’écris partagés et je ne veux pas me retenir d’écrire. Ecrire me permet de me libérer, de faire le tri, d’y voir plus claire, de comprendre, de déconstruire des schémas et de sortir d’émotions, de comportements alors j’écris ici comme j’écrirais dans mon journal.

Quand tu t’ouvres au développement personnel, notamment d’un point de vue professionnel tu te retrouves souvent confronté à la notion d’abondance, de loi de la manifestation et de l’attraction. Depuis que je suis à mon compte, je m’informe et me forme pour développer celui-ci je lis des livres, suis des ateliers, des formations sur le business. Je me fais également coacher en business. Et ça revient tout le temps la notion d’argent, ça me fait penser à cette expression courante : « c’est le nerf de la guerre ». Et je me rends compte que cela peut-être un blocage pour moi, un frein à vouloir créer plus d’argent ! Je ne veux pas être en guerre, je veux être en paix avec moi même, avec la vie et avec les autres. Je ne veux plus me battre (je l’écrivais encore ce matin) … Comme si l’argent générait, réglait des conflits, derrière la notion de guerre il y a une bataille a mener quelque chose à gagner. Je ne veux pas prendre à quelqu’un pour avoir plus ! Je pense que l’on a tous à gagner, à échanger, à partager, à donner et à recevoir.

Bien évidemment dans la vie l’argent est généralement l’une des préoccupations les plus importantes, cela répond à notre besoin de sécurité, puis nous sommes dans une société ou il faut avoir, posséder, consommer. Et pour cela il faut de l’argent … quoique parfois on peut aussi échanger (des biens, des prestations, des services) … Mais dans le développement du business c’est la notion d’abondance qui revient le plus. Alors l’abondance n’est pas forcément relié à l’argent. L’abondance c’est avoir une grande quantité de quelque chose (de chance, de santé, d’amour, d’argent …).

J’ai l’impression d’être cupide dès que je parle d’argent. Je pense que c’est également une de mes limites, il n’y a pas de mal à parler d’argent même si ça ne se fait pas dans la société dans laquelle nous vivons, ni même dans notre propre famille. L’argent est juste un moyen d’échange, peut-être que dans quelques années se sera autre chose …. Je dégomme cette croyance de merde ! L’argent est quelque chose de bien. Il ne rend pas les personnes mauvaises, il décuple juste ce qu’est la personne à la base. SI tu donnes, alors tu donneras plus.

J’en reviens à l’abondance, je n’aime pas ce terme en fait. Je crois que c’est pour cela que je bloque dans certains exercices ou pour répondre à certaines questions. Je n’aime pas son complément de définition, je n’aime pas les exemples ni les synonymes associés …. Ça ne me correspond pas, ça ne me parle pas.

L’abondance se définit comme une grande quantité, il n’y a pas de mesure, personne ne peut définir cette quantité, elle sera propre à la vision de chacun. L’abondance est donc l’illimité. Je sors des limites que je me fixe, je ne me fixe plus de limites, je ne me fixes plus de chiffre d’affaires à atteindre, je m’ouvre à l’illimité. En sortant des limites, je me permet de créer, d’expérimenter, je me permets de me détacher du stress généré par le fait d’atteindre ou non ce chiffre. Je peux viser l’illimité. C’est le tout es possible, pour tout le monde, tout le monde y gagner. J’aime à dire depuis longtemps « il n’ y a de limites que celles que tu te fixes », cette phrase prends son sens ici, son plein potentiel. L’abondance cesse avec cette notion d’illimitée d’être quelque chose à atteindre, une quête pour dire j’ai réussi. Non la réussite c’est d’être illimitée, et de s’ouvrir au fait que réussir pour moi c’est juste vibrer, partager, échanger, accompagner et contribuer à ce que tout le monde se kiffe et kiffe la vie. Si l’abondance c’est l’illimité c’est l’ouverture.

DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

J’arrête

je souhaite réellement arrêter de vouloir tout contrôler, je comprends que les choses ne peuvent pas être faites à ma façon, comme son nom l’indique c’est MA façon elle est donc unique, et je lâche-prise face à ce besoin de perfection. Je comprend que la perfection n’existe pas, par essence même de se définition : la perfection c’est chercher à toujours faire ou être mieux. La perfection ne s’atteint pas, et puis ma perfection sera toujours différente de celle d’un autre. J’accepte que j’ai besoin d’aide et que l’on peut m’aider de milles et une façon. Je sais que nous avons chacun notre manière d’organiser les choses et de les faire. Je me focalise sur le positif que ça m’apporte : cela me décharge d’une partie des tâche et me permet d’être moins surchargée mentalement, cela m’apprends à lâcher-prise, cela m’apprends à faire plus confiance, cela me permets d’avoir des temps pour moi … J’apprends à mieux communiquer pour faire part de mes besoins et de mes envies, mais aussi des limites. Je peux lâcher-prise et comprendre que l’autre fait à sa manière mais je peux aussi exprimer le fait que pour moi il y ait des essentiels auxquels éviter de déroger.

Pour vous donner un exemple, à vous qui lisez ses lignes (que je m’adresse, je les aurais écris telles quelles dans mon journal) : avec les services que je propose, certains de mes accompagnements (qu’ils soient en cabinet, domicile ou même visio) ont lieu en fin de journée ou certains samedi. Mon conjoint s’occupe des enfants pendant ce temps là. Nous n’avons pas forcément la même vision, le même besoin de rangement au niveau de la maison, ni de la manière de faire (moi je vais ranger au fur et à mesure, par exemple si je fais à manger, je range et lave en même temps lui il le fera après manger voir après avoir couché les enfants ce qui a été source de conflits avant que nous en discutions). J’accepte qu’il fasse à sa façon quand il s’en occupe, la seule chose à laquelle je ne déroge pas c’est que je veux que les enfants soient lavés 🙂 Le reste et même ça, ils font dans l’ordre qu’ils veulent je ne suis pas là 🙂 J’ai du apprendre à lâcher prise pour moi, ça me causait du stress, et pour les enfants et mon conjoint car ça créaient des conflits inutiles. Les enfants sont récupérés à l’heure, ils s’amusent, sont lavés, ont bien mangés alors après le reste je m’en détache.

Tout comme j’arrête de me battre. J’arrête de me battre avec mes enfants, mon conjoint, la vie, moi-même. Je ne contrôle pas l’extérieur et je ne le contrôlerais jamais; la seule chose que je peux contrôler c’est moi : mes pensées et mes réactions. J’arrête de me battre, on a pas besoin d’être en conflit ! Je ne pense plus que la vie est forcément difficile, que c’est forcément compliqué d’élever des enfants (surtout aujourd’hui), je ne pense plus que la vie d’aujourd’hui est dur et qu’elle le restera. je crois qu’il n’y a aucune fatalité. Je ne veux pas subir je veux vivre.

Et je veux vivre sereinement, je veux du fun, du love, des rires, des joies, des expérimentations, des découvertes, des moments seule, des moments en couple, des moments en famille, des moments avec chacun de mes enfants, des moments entre amis, des moments ici et des moments ailleurs. MAis j’ai compris qu’ailleurs ça pouvait être à 5 minutes de chez moi et pas à l’autre bout du monde comme on nous le fait croire.

Fuck Fun & LOVE

JE SUIS SACRÉE – TU ES SACRÉ ! Nous ne sommes pas plus importants que les autres, mais nous n’en sommes pas moins important NOUS EN SOMMES TOUT AUSSI IMPORTANT, donc arrêtons de faire passer tout et tout le monde avant nous. Pour l’équilibre de tous, nous d’abord.

(Jour 10 sur 365, défi écriture chaque jour)

DEFIS 2022 ECRITURE, minceur

De petits bonheur en bonne humeur

Aujourd’hui je me suis sentie libre, sereine et épanouie.

Aujourd’hui j’ai choisis de porter mon regard sur tous ce qui me faisait du bien, ce qui me faisait vibrer, ce qui me faisait sourire. J’avais envie de regarder le monde comme un enfant innocent, qui s’émerveille de tout, plonge dans son imaginaire et vis sa propre réalité.

Aujourd’hui j’ai accueilli des émotions négatives, comme l’angoisse liée au Covid et à mes enfants qui grandissent dans cet environnement. Quand j’ai du accueillir le fait qu’ils devaient être testés pour retourner en classe, ou non. je peux faire le choix de les garder à la maison 7 jours. Ce qui vibre vraiment au fond de moi, c’est ce choix. La réalité est que j’ai des rendez-vous et des accompagnements prévus, et qu’au delà du fait qu’il m’est difficile de les reporter au vue de mes délais de prise de rendez-vous, si je ne travaille pas je n’ai pas d’argent. J’ai donc du accueillir cette deuxième émotion d’angoisse. La vie est faite de choix, j’ai choisis de ne pas les subir. Je ne peux pas absolument rien maîtriser de l’extérieur mais je peux maitrises mes choix et ma manière vivre les situations, je peux choisir mes pensées et mes émotions. La question que je me pose le plus est la suivante : comment je peux vivre au mieux, pour moi et pour mes enfants, la situation/l’évènement ? J’ai accueilli, pris le temps de vider mon sac et de respirer puis j’ai avancer 🙂

Aujourd’hui pour bien démarrer ma journée, j’ai fait du sport. Je devais aller courir mais le froid ce matin, m’a démotivé. Pour être tout à fait honnête ce n’est pas le froid qui a eu raison du footing c’est que je me suis posée des questions. Parfois il faut juste se répéter son but, choisir l’action à mettre en place et y aller. Parfois se poser des questions et rentrer dans un dialogue intérieur c’est renoncer. Je me suis posée trop de question j’en ai perdu la motivation. Perdu la motivation du footing pas du sport, j’en connais trop les bienfaits aujourd’hui pour m’en passer. J’ai choisi de faire 20 min de « muscu » et ensuite 40 min de zumba pour me défouler en musique, en dansant, en kiffant. J’avais le sourire tout le long. Parce que je m’en fiche en vrai de ce à quoi je ressemble quand je suis le cours, je m’en moque de me tromper, juste je m’éclate !

Parfois il suffit de sourire ou de rire pour que tout devienne plus agréable.

J’ai bosser de chez moi, de superbes accompagnements, de superbes rencontres de clientes. Puis j’ai bosser ma stratégie et réfléchis à ce que je voulais proposer aux gens pour les accompagner au mieux. J’ai adoré travailler ma vision, ma communication et réfléchir à des actions. Je n’ai plus jamais l’impression de travailler depuis que je suis à mon compte. Je fais ce que j’aime, j’adore ce que je fais et j’y mets tellement de coeur. C’est un pur bonheur. Je sais la chance que je me suis donnée, et celle que je veux me donner pour le futur.

J’ai pris le temps de manger devant une série que j’adore, de boire un super bon cappucino, de déguster un chocolat. J’ai adoré m’être organisée pour aller chercher les enfants à l’école ! J’aime tellement les voir me sauter dans les bras 🙂 On a pris le temps de s’arrêter pour s’émerveiller et admirer le coucher de soleil, le ciel était magnifique. On a chercher des formes dans les nuages et les couleurs du ciel. Je me suis promise d’être cool ce soir, il n’y a pas école demain ! Je suis heureuse de notre soirée dans le calme, j’avais juste envie de profiter d’eux alors on a joué, pris les bains et manger un apéro sain devant la TV à grignoter et à rigoler 🙂 Une parenthèse dans la semaine, on s’est cru un samedi soir quel bonheur de s’offrir ses moments.

Des petites choses qui ont fait mon bonheur et me rappelle la chance que j’ai de pouvoir profiter de la vie en ayant un toit sur ma tête et de quoi manger, du chauffage, des habits chauds et à notre goût, une voiture pour me déplacer. Parfois il faut vivre, ne plus se poser de question et tourner son regard vers tout ce que l’on. Parfois il suffit d’être et de vivre, de sourire.

(Jour 9, défi 365 jours d’écriture partagée)

DEFIS 2022 ECRITURE

Être sereine – arrête de tout contrôler 

J’ai compris cet été avec mon expérience du véritable lâcher-prise (comme je t’en parlais dans l’article d’hier) ce que signifiait réellement être soi et être en paix avec soi. 

Cela signifie accepter d’accueillir tout ce qui se présente à soi : les situations, les gens, nos émotions, nos pensées, nos traumas, nos peurs, nos désirs, nos besoins …. Tout. Le bien comme le mal, ou encore le neutre et les nuances. Parce qu’on oublie souvent de mettre des nuances de notre vie et de ne voir la vie qu’en dichotomie : bien ou mal, noir ou blanc mais pourquoi n’y aurait il pas de nuances ? 

Et au delà de ça comment il pourrait y avoir le clair sans l’obscur, la nuit sans le jour, le positif sans le négatif. Nous sommes bien tout et son opposé. Mais nous sommes aussi entre les deux dans les nuances. Accepte d’accueillir tes émotions m, vis les même si elles sont négatives elles viennent te signaler qq chose. Ne cherche pas à les refouler ou les étouffer elles reviendrons toujours ! Respire ce sont juste des émotions et des pensées associées à des situations. Libère toi. Respire. Prends le temps d’accueillir, d’écrire et de les vivre. Puis décide en conscience ce que tu veux en faire par la suite. 

Cela fait plusieurs personnes que j’accompagne après qu’ils aient subis des agressions sexuelles, dans leur enfance ou il n’y a pas si longtemps. Quand ça c’est produit n’a pas d’importance elle ne diminue pas la souffrance. Et lorsque on vit un traumatisme il n’y a qu’une solution pour vivre mieux et s’en sortir : c’est vivre avec ! Ce que tu as vécus, peu importe la violence, la souffrance, le traumatisme et les émotions et douleurs générées tu l’as vécu. Tu ne peux pas le nier. C’est la. Tu l’as vécu. C’est passé mais c’est ancré et il te faut avancer ! Si tu le nie, tu enfouis le problème et il reviens toujours te hanter, te troubler, te faire souffrir. Tu es victime alors arrête de te punir. 

Accepter ses traumas, c’est reconnaître que ça c’est passé et se demander comment vivre au mieux avec. Accueillir vos traumas, c’est accueillir les émotions et les pensées que vous avez associés à cette épreuve afin de vous en libérer. Oui c’est horrible mais c’est un fait vous l’avez vécu. Alors accepter. Accueillez. Libérez. Et avancez au mieux au rythme de vos propre pas. Seule ou en vous faisant accompagner. 

Ma jeune cliente ne voulait pas l’accepter parce que c’était à l’opposé de l’image qu’elle voulait incarner. Elle est rayonnante, elle vibre elle se définit et tout le monde la voit comme forte et comme un soleil. Ce qu’elle a vécu n’est qu’ombre, ténèbres et noirceur. Bien loin du soleil. Elle se sent faible et coupable loin de l’image de forte. D’ailleurs elle a pris du poids sans trop comprendre, la nourriture comm pansement comme calmant quand les émotions la dépassait et le poids comma armure pour rendre ce corps moins désirable et ne plus jamais oh jamais subir ça. Mais elle a accepté qu’elle pouvait être ombré et lumière. Et que si cette horrible situation avait effacée sa lumière elle avait en elle le pouvoir de s’en libérer et de faire à nouveau de la place un peu plus chaque jour à la lumière qui brille au fond d’elle. Cet événement est horrible, les pensées et émotions associées sont négatives mais elle est toujours elle ! Cet événement ne dois pas la définir. Tu n’es pas ce que tu as vécu. C’est juste une partie de toi. Tu peux lui donner la place que tu veux. Tu peux t’en libérer. Et vivre à nouveau comme celle que tu veux être aujourd’hui. Pas la toi du passé mais celle que tu veux être aujourd’hui. 

Je ne veux pas définir

Mon avenir au travers de mon passé. Je me suis libérée de mes trauma et j’accepte aujourd’hui les émotions négatives, les peurs, l’angoisse je leur laisse de la place. Je l’es accueille, j’écris ce qu’elles me disent et je mets de la conscience dessus. Parfois c’est justifié. Parfois pas du tout. Je choisis ce que je garde. Parfois juste je le vis et ça disparaît seul. Juste parce que je lui ai permis de s’exprimer. Tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime. Alors laisse toi vivre tout. C’est peut être ça le lâcher prise au fond. 

(Jour 7 du défi 365 jours d’écriture ) 

DEFIS 2022 ECRITURE, minceur

Reconnexion

avant de te parler du sujet que j’ai envie de partager avec toi aujourd’hui … petit retour sur le fait que je n’ai pas écris hier … 1er jour loupé de mon défi 365 jours d’écriture partagée … mais j’ai décidé que ce n’était pas grave, je ne vais pas me culpabiliser ou m’obliger. ce défi ne deviendra pas un calvaire. Je me le suis lancé parce que je voulais m’ancrer l’habitude d’écrire sur ordinateur avec autant de simplicité que je le fais dans mon carnet. Je me suis lancée ce défis pour donner envie d’écrire, pour permettre de faire connaître tous les bienfaits de l’écriture dans le bien-être et l’épanouissement. Je le fais parce que depuis toute petite je rêve de partager mes écris, mes pensées, mes connaissances et même peut-être des histoires sans jamais oser. Alors si je loupe une fois, ou plus c’est ok et je sais que ce n’est pas une excuse pour ne pas écrire. Parfois juste il manque du temps, de l’envie ou de la solitude; j’aime bien écrire sans mes enfants à côté 🙂 Je peux le partager ici, je l’ai très peu dit à voix haute, très peu de personne le savent mais je voulais être écrivain, romancière ou journaliste. Peut-être que ce rêve verra le jour un jour 🙂 Et toi, quelle rêve avais-tu enfant ou adolescent ? Et est-ce qu’ils t’animent encore ?

Alors pour en revenir à cette notion de re-connexion, le titre de cet article, je voulais te raconter mon expérience de cet été. Cet été j’ai vraiment, pour la 1ère fois, expérimenté le lâcher-prise et l’ETRE. J’étais moi, simplement moi, dans le coeur, dans le corps et très peu dans le mental. Et que ça fait un bien fou … Je ne pense m’étaler dans tous les détails de cette expérience ici, mais plutôt te le relater au travers de différents écris sinon je pense que l’article serait beaucoup trop long.

Et si je parle de re connexion c’est bien parce que j’ai eu cette sensation de me connecter pour la 1ère fois à qui je suis vraiment, de mon connecter à mes sens, mes ressentis, à ce qui vibrait. J’ai déconnecté le mental pour me remettre dans le corps, dans l’être. J’ai cette impression étrange que nous sommes soit en mode pilote automatique (métro boulot dodo – la tête dans le guidon) soit dans l’analyse du pourquoi du comment, à chercher toujours un sens, une explication, une raison. A nous poser mille et une question, sans vraiment vivre. On nous propose une société ou le bonheur et la réussite sont associés, où réussir se mesure à ce que l’on fait et ce que l’on a. On nous propose une société ou liberté et argent sont liés, comme si je ne pouvais être libre que si j’étais suffisamment riche. Ce qui est logique dans la mesure où on nous propose une société du paraître, de l’avoir et du faire. Pour être heureux et libre, il faut réussir, voyager, être propriétaire, avoir des activités et des loisirs, ne pas rester chez soi tout en ayant un super chez soi, posséder tel ou tel objet … et donc avoir de l’argent pour payer les voyages, la maison, les sortis, les téléphones, les abonnements, …. On nous propose une société ou il faut s’occuper, faire choses, voir des gens, vivre des expériences …. Je croyais que vivre était déjà une expérience en soi …. Et ou je suis la dedans ? Ou est simplement l’être ? La liberté ce n’est pas juste de pouvoir sortir si on le veut pour se balader ou rester chez soi, choisir ses amis, ses activités, son travail … être libre n’est ce pas juste faire des choix qui correspondent à nos aspirations, à nos rêves, à nos valeurs ? Je suis libre !

Tout se compare, tout se contrôle jusqu’à notre apparence. Cet été j’ai fait l’extraordinaire expérience de ne jamais me regarder dans un miroir. Ce n’est pas une expérience que j’ai choisie, elle s’est imposée à moi puisqu’il n’y avait pas de miroir dans notre location, si ce n’est ce petit miroir dans la salle de bain, dans lequel on pouvait seulement voir notre visage. « Miroir, miroir mon beau miroir dis moi qui est la plus belle ? » Ah blanche neige …. la beauté est merveilleuse, c’est la plus grande valeur d’ailleurs elle entraîne jalousie, mépris, mais aussi admiration … Existe-t-il une seule beauté ? Hum … ce n’est pas le sujet ici.

J’ai découvert le bonheur du lâcher prise, de ne pas me contrôler dans le miroir. Je me suis aperçue que le miroir nous servait juste de faire valoir, on se regarde pour se contrôler, se comparer, se détailler et finalement comment en ressort-on ? J’ai découvert le plaisir et la liberté de s’habiller par envie et par ressentis. Choisir ses vêtements en fonction de ce que l’on a envie, parce qu’ils nous plaisent. De les essayer et de juste se demander : est ce que je me sens bien. La seule validation dont j’ai besoin pour m’habiller est celle de mon corps qui me signifie qu’il est bien, qu’il peut bouger, respirer, être ! Et quelle bonheur. Sans regarder si ici on ne voit pas trop ceci ou cela, si ce n’est pas trop serré ou boudiné ou décolleté …. J’ai osé des associations de couleurs, de style, de matière parce que je trouvais ça jolie sur cintre et que je me sentais bien dedans. J’ai adoré le no bras parfois et parfois j’ai adoré porter des soutiens gorges …. J’ai appris aussi du fait du petit miroir et de ce lâcher prise à sortir sans maquillage si je le voulais, et à me sentir bien. J’ai appris à associer ma beauté non pas une image reflétée et dupée dans un miroir mais à un ressentit. Je me suis trouvée belle sur les photos comme rarement, j’ai eu des compliments « rayonnante » « lumineuse » « respirant le bonheur » qui ont mille fois plus d’importance que tu es belle, tu as mincis, ça te va bien comme tu es habillée …

Je profite de ces quelques lignes pour te dire que les photos et les miroirs ne réflètent pas la vérité mais seulement ta vérité. Ce ne sont pas tes yeux qui voient mais ton regard biaisé par tes croyances et tes pensées. Un angle de prise de vue, une lumière, une position ou encore une forme de miroir ne donneront jamais le même reflet c’est scientifique ! Alors je me dis que c’est fou toute l’importance qu’on leur accorde et que le seul accord dont on a besoin c’est notre ressentis.

ET tu sais ce qui influencent le plus ton ressentis ? Tes pensées. Alors si tu penses que tu es moche, grosse, mal proportionnée et que ensuite tu teregardes dans le mirour ou sur le sphotos en validant ses pensées …. tu sais tu te sentiras juste mal. Alors que si tu choisis des vêtements dans lesquels tu te sens bien , que tu vis par plaisir, que tu bouges, que tu respires et que tu portes ton attention sur ce que tu vis tu te sentiras plus libre, plus sereine, plus légère. Et si dès maintenant nous pensions que notre corps et nous ne faisons qu’un, que nous le remercions pour tout ce qu’il fait pour nous chaque jour et que nous commencions à l’aimer indépendamment de son image mais pour ce qu’il fait pour nous chaque jour : vivre ! Sans corps pas de vie. Alors vis dans ton corps avec plus d’harmonie.

Et si toi aussi tu essayais cette expérience pendant 10 jours de ne plus te regarder dans un miroir ? Tu sais en vrai même pour se maquiller on est pas obligé de se regarder en entier dans un miroir, on peut juste regarder nos yeux, nos sourcils, notre bouche et tous indépendamment les un des autres. Et peut être ainsi redonner de l’importance à toute les parties de nous. Si tu t’autorisais à te re découvrir par le ressentis, pas le corps, par le plaisir et l’envie. Qu’as tu à gagner ?

Belle soirée et à très vite

Merci à tous ceux qui m’envoient des messages en privé ou commente sur les réseaux, merci à vous tous qui lisez même si vous ne laissez pas de j’aime ou de commentaire, merci à moi même de m’offrir ses temps.

Quand je regarde cette photo avant j’aurais été validé (ou non) sa publication en fonction de la taille / apparence de mon ventre, de mes bras et de mon maquillage aujourd’hui je la publie parce que je vois la liberté, le bonheur, le sourire et la joie de vivre. Je la publie parce que j’ai kiffé ce moment et que je kiffe la vie

DEFIS 2022 ECRITURE

Répercussion des écris

Hey hey j’ai une grande nouvelle de fou (enfin pour moi parce que toi ça va pas révolutionner ta vie mais bon c’est moi qui écris lol) 

Ma fille a dormit ….

Oui oui 

Tu sais je t’avais écris avant hier (va voir le post fatiguée, du jour 2) 

Les enfants ne le font pas exprès il ne font pas les choses pour être de mauvaise personne, pour etre oh ce méchant petit garçon ou cette petite fille pas gentille ?!?! Ils ne font pas exprès de ne pas dormir par exemple juste pour vous casser les pieds et vous enquiquiner, imaginez un peu un bout de chou de 3 ans dans son lit en train de se dire :  » alors ce soir comment je pourrais embêter papa et maman ? Ah je sais, je vais crier, pleurer et taper des pieds jusqu’à ce qu’ils me descendent. Puis après je les ferais bouger et se lever pour pas qu’ils puissent se reposer et lâcher prise sur leur journée parce que moi je sais à 3 ans que les parents ils ont besoin d’intimité et de temps pour euh mouaaaaa (rire sadique) « 

Lol non mais franchement j’imagine bien la scène, ….

J’avoue moi aussi des fois je me dis elle fait exprès. Mais c’est les nerfs qui parlent  …

C’est à nous, en tant que parent, à changer de posture pour que l’enfant puisse changer ses comportements. Oui désolé mais admettez que même nous a 30 ans ou plus ont a déjà du mal à gérer nos émotions, notre stress, notre mentale et même là on a pas envie de se remettre en question et on se dit «  ah ouais ouai tu es sur c’est à moi de changer de posture et pourquoi ça serait pas elle hein d’abord ? » (euh c’est qui l’enfant là ? Mdr)

Changer votre posture la fera changer elle aussi. Et fera aussi changer les réactions de votre conjoint (d’ailleurs parfois c’est plus ces réflexions et son attitude qui m’exaspère mdr) en même temps c’est bien un homme, c’est vrai ils sont pas patient et moins compréhensif que nous (la bonne blague ça m’arrange là tout de suite de mettre ça, je suis pas tout à fait fair-play je l’avoue mais j’écris ce que je veux d’abord) 

Parce que pour être honnête parfois avant même de monter quand je l’entend se réveiller ou pas vouloir s’endormir je suis déjà tellement agacée en mode elle va encore redescendre et c’est repartit de tout façon c’est foutu que quand j’arrive dans la chambre je suis électrique je fais des gestes brusques je parle fort (ce qui ne contribue pas à un climat favorable à l’endormissement) ….. et des fois ça se trouve j’aurais pu réussir avec des jeux des mots, des musiques ou autre à la laisser et à ce qu’elle se rendorme …. Mais la fatigue les nerfs … c’est tout, c’est comme ça, ne culpabilisons pas on fait du mieux qu’on peut ! 

Est-ce parce que j’ai écris que je lâchais prise la veille et que j’étais de ce fait complètement libre et sereine, qu’elle la sentie. Est-ce parce qu’elle n’avait pas fait de sieste et c’était bien dépensée ou encore parce que nous avions passé la journée tous ensemble … Je ne sais pas et finalement je prends ! Tout simplement je prends. Je prends toutes les soirées, toutes les nuits que je peux et je ne regarde que celle là à partir d’aujourd’hui.

Bon là j’écris ces lignes et elle ne semble pas du tout mais pas du tout fatiguée … Est ce la sieste à l’école ? Je pense qu’elle demandera rapidement d’elle même à monter.

Je continue à lâcher prise et je sais au fond de moi que ça va venir. C’est OK je le vis bien mieux comme ça, nous allons probablement bien mieux tous le vivre comme ça et avoir bientôt des nuits 🙂

Belle nuit à vous

DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

Les clés du bonheur

Il est finalement plus difficile d’écrire tous les jours que ce que je m’étais imaginé. Non pas qu’il me manque l’envie ou les idées, mais plutôt qu’il faudrait que j’ai l’ordinateur greffé sur moi. D’ailleurs je me suis toujours dit que ce serait super cool d’iinventer un truc qu permettrait d’enregistrer en temps réel ce qui se passe dans ma tête, j’aurais alors des supers posts sur les réseaux, des super produits dans ma boutique et de supers progrmames à vous proposer et tou ça en peu de temps 🙂 C’est peut-être ça l’idée de départ pour le livre que j’ai envie d’écrire depuis si longtemps …. même si je ne suis pas sûre que je serais une bonne auteure j’ai toujours eu envie d’écrire des livres.

J’écris depuis toute petite. J’écris pour moi aussi tous les jours ou presque, sinon je gribouille, j’ai des carnets partout. J’en ai toujours un sous la main. Je crois d’ailleurs qu’il existe un stylo qui permet via une application de retranscrire ce qui est sur le carnet en texte pour ordinateur …. A creuser ….

Pourtant j’attends ce rendez vous ici, sur le blog chaque jour. Je ne sais pas si je suis lue ou pas, ni ce que vous en pensez et finalement est-ce si important ? pour mon égo bien sûr que oui 🙂 Mis au fond de moi je suis tellement heureuse, je ressens tellement de joie à vous écrire ses lignes. Elles s’écrivent d’ailleurs toute seule. Et si c’était sa la clé que tout le monde cherche ? la clé du bonheur ? De simplement faire des choses qui nous font envie, qui nous inspire et qui vibre profondément en nous; Juste par plaisir, avec le coeur et nos tripes. Pour nous d’abord. Nous attendons toujours des autres : un avis, une approbation, un jugement, …. Et nous restons là planté … à attendre par peur de ce même avis, de cette même approbation et de ce même jugement; nous voulons être dans la lumière et nous avons tellement peur que nous restons dans l’ombre. Et en attendant ? En attendant nous ne sommes pas dans l’être. Nous ne sommes pas réellement nous, nous sommes comme des automates guidés par une société de l’image, du faire et de l’avoir. Mais est-ce réellement nous ? Pour certains peut-être. Si vous êtes heureux comme cela, je suis pleinement heureuse pour vous. Mais je crois que j’ai besoin d’autre chose. Je sens que depuis que je réintroduis l’art dans ma vie : l’écriture, le dessin, le graphisme je suis plus épanouie. Ca me demande quelques ajustement parce que j’ai encore peur de mon propre jugement, je suis encore critique et je suis focalisée sur le résultat plutôt que sur l’instant de la réalisation.

Je crois que nous tenons là une autre clé du bonheur ou de l’épanouissement, où du mot qui vous parlera le plus. Nous sommes toujours dans l’attente du résultat final, nous ne pensons qu’à l’arrivée …. ce qui crée beaucoup d’attentes, de peurs et de déceptions parfois. Nous ne prenons pas le temps de tracer le parcours qui nous mènera au résultat, nous n’observons pas et ne célébrons pas toutes les étapes par lesquelles nous passons pour y arriver. Nous nous privons de la possibilité de bifurquer, de faire des pauses et d’admirer …. Le résultat n’est peut-être pas le plus important. Parce qu’après l’avoir obtenue alors quoi ? Nous voudrons probablement un autre résultat, nous sommes ainsi fait les humains j’ai cette impression. Mais cette quête du résultat, n’est-elle justement pas le problème ? Et si le résultat « tait déjà là, juste sous nos yeux à ce moment même : la vie ! Nous sommes ne vie putain de bordel … et est-ce que nous en profitons ? Pris par la peur de ne pas y arriver, du regard des autres, du stress, du quotidien, de ce que l’on veut faire et avoir, nous oublions de profiter de ce que avons et de ce que nous faisons, nous oublions d’être et de vivre 🙂

Je choisis par maour pour moi et par amour pour mes enfants de vivre une année 2022 sous le signe de l’être et du présent. Je garde bien en tête et dans mon coeur mon objectif mais je reste ouverte aux opportunités qui se présentent à moi, et je me laisse la possibilité de bifurquer, d’y arriver de milles et une façon. Préparer l’avenir, concrétiser la réalisation de mes rêves ne m’empêchent pas de profiter pleinement du présent. Comme une enfant qui découvre, expérimente, s’extasie de tout et de rien, passe du rire aux larmes et vit intensément la vie, avec et sans nuances. Je m’autorise à être pleinement, dans ma globalité, en étant tout et son contraire.

Je vous souhaite une belle nuit ou une belle journée selon l’heure à laquelle vous lirez ses lignes. Et peu importe que ce soir, aujourd’hui, demain ou un autre jour et même dans des mois ou des années, vous les lirez quand elles vous seront destinées.

grâce à ces lignes je vais me coucher le sourire au lèvre, il est 23h50 ce mercredi 5 janvier et même si je n’ai pas encore réussi à tenir ma résolution de me coucher pus tot 🙂 je vais me coucher le coeur léger, des rêves plein la tête avec l’envie de vivre et de profiter. Merci.

La vie est sacrée profitez en pour kiffer