DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

Je veux une VIE EXTRAORDINAIRE

Je n’ai jamais voulu d’une vie ordinaire ! On m’a toujours fait ressentir que ce n’était pas normal, que j’étais prétentieuse, supérieure … Pour qui tu te prends ?

Ou peut-être que c’était juste un jugement que je portais sur moi et que je projetais sur les autres, j’interprétais leurs remarques comme un jugement mais peut-être pas … Nous avons chacun notre propre réalité, notre propre vision et nos propres définitions – interprétation des mots …. Je n’ai jamais osé le dire trop fort d’ailleurs par peur d’être jugée prétentieuse, snob …

Aujourd’hui je le cris haut et fort : je ne veux pas d’une vie ordinaire parce que l’ordinaire qu’on nous propose ne me convient pas. Je ne veux pas de cette société métro, boulot, dodo, en mode pilote automatique. Je n’ai pas à rentrer dans une salle case, je ne veux pas faire la même chose toute ma vie, je ne veux pas faire une seule chose, je ne veux pas attendre le week-end, attendre les vacances, attendre la retraite ! Je veux vivre maintenant et je veux que chaque jour de ma vie soit extraordinaire.

Dans extraordinaire j’aime le préfixe ex qui résonne pour moi comme « expérience », mais aussi le mot extra qui sonne comme « en plus », « fun ». Extraordinaire pour moi c’est juste que chaque journée soit vivante, vibrante, kiffante. Et ça je pense sincèrement qu’on peut se le créer.

Nous nous sommes racontés qu’il fallait des choses hors norme, des voyages, de l’argent, beaucoup de temps, partir à l’autre bout du monde, faire des choses luxueuses ou hors de portées de tout le monde pour que ce soit extraordinaire. Et si c’était faux ? Extraordinaire c’est juste que ce n’est pas ordinaire donc ce n’est pas habituel pour toi dans ta vie. Extra signifie d’ailleurs « chose ajoutée à ce qui est habituel ».

C’est toi qui crée ton extraordinaire : pas besoin de voyage à l’autre bout du monde ou de luxe. A toi de définir comment tu souhaites mettre de l’extra-ordinaire dans ta vie. Pour moi il s’agit de mettre du fun, de l’expérience, de l’aventure et du love dans mes journées. Et si ce n’est pas dans chaque journée ça peut être dans chaque semaine, mois … Moi j’aime aller découvrir les villages à côté de chez moi, chercher des cascades, parcourir et suivre les rivières, prendre un chemin inhabituel, jouer les touristes dans ma ville … Je pars toujours à la découverte même dans ma ville, je prends plaisir à me poser à une terrasse, découvrir un parc, un magasin, rencontrer des entrepreneures, … J’aime mon métier parce qu’il me permet de te faire découvir que tu es toi-même extraordinaire et que tu peux être totalement toi et te créer une vie qui te ressemble et qui te fais kiffer.

Le plaisir peut-être partout, comme l’extraordinaire ! Et je décide par amour pour moi et par amour pour la vie de me créer une vie extraordinaire dans laquelle je peux faire un métier que j’aime et qui me passionne, dans laquelle je peux aider des centaines de femmes à se libérer, à oser être soi, à aimer leurs corps, à kiffer tout ce qu’elles sont et à reprendre le pouvoir sur leurs vies et à faire de leurs vies ce qu’elles ont envie d’en faire loin des jugements, des dictats, des normes, des cadres, des étiquettes et de ce qui se fait ! C’est ça mon féministe à moi 🙂

Arrête de t’emmerder, de te critiquer, de subir 🙂 

La vie est une expérience que l’on ne peut vivre qu’une fois, mais la vie est pleine d’expériences !

GROUPE PRIVÉ JE SUIS SACRÉE, pour te permettre de te replacer en priorité dans ta vie

Rejoins le groupe et assiste aux cercles de femmes en ligne :

https://www.facebook.com/groups/jesuissacree

coaching, DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

Et si tu te foutais la paix ?

OU dis plus poliment « et si tu lâchais prise » sur le syndrome de la femme parfaite ?

J’ai publié mon tout 1er podcast « vie ma vie de maman entrepreneure » tout à l’heure et c’est un épisode qui aurait pu s’intituler « fuck à l’image de la mère parfaite ». J’y parle de ma journée, oh combien loin des journées que j’aime … et du fait que j’ai beaucoup crié … ce que je déteste, mais qui est parfois plus fort que moi …. Je n’ai vraiment pas été la maman parfaite que j’imaginais pouvoir être….

Pour l’écouter c’est ici : Pour l’écouter c’est ici :https://www.youtube.com/watch?v=FSDhUTIEg2g&t=3s

Et en y repensant, après, je me suis aperçue que cette image de la perfection, on nous la collait à toutes les sauces. Et si ce n’est pas celle de la perfection, c’est celle du « faire de son mieux », « toujours faire plus » … Il faut être une maman parfaite qui travaille parfaitement qui à une image d’elle parfaite avec un corps parfait et une hygiène de vie parfaite qui est une parfaite femme de ménage, parfaite cuisinière (fait maison bien sûr), parfaite petite amie et parfaite belle fille … et blablablabla et si on se foutait un peu la paix ?!?

Si plutôt que de vouloir coller à l’image que nous donne la société de la femme idéale … ah attends je te vois venir « oui non moi Sabrina, j’ai bien compris et je fais la différence entre ce que nous vend la société et la réalité  » hum hum en es-tu parfaitement (aaaah fallait bien que je le mette celui-là), en es-tu vraiment sûre ? N’as-tu pas le syndrome de la perfection, ou les croyances associées, ou même des programmations qui te viennent de ta famille, tes amis, l’école, ton statut ou encore l’image qui colle à ton job ?

Regardons ça … peut-être l’as-tu intégré de manière logique mais te l’appliques au quotidien ?

  • Est-ce que tu te compare aux autres ?
  • Est-ce que tu penses souvent que les autres font mieux que toi ?
  • Est-ce que tu penses régulièrement que tu aurais dû (ou aurais pu) mieux faire ?
  • Est ce que tu penses parfois que ce n’est pas assez ?
  • Est ce que tu penses Que tu n’es pas assez ?
  • Est ce que tu penses Que tu es moins que ….

Alors …. Le syndrome de la perfection n’est peut-être pas très loin non plus de celui de « la bonne élève » et « de la bonne petite fille qui obéit/respecte/écoute » Et c’est OK, respire, si tu te rends compte que tu es comme ça c’est OK ! C’est géniale tu vas pouvoir lâcher prise sur le contrôle que tu mets dans tous tes domaines de vie pour être la meilleure version de toi même !

Non parce qu’avant d’être la meilleure version de toi-même (de nous-même, je m’inclue dedans), je me disais que peut-être ce serait mille fois plus cool et fun d’essayer d’être la version de soi-même, tout simplement. En toute authenticité et pleinement à 100%. Tu sais : être vraiment celle que l’on est on fond de nous, qui vibre, au plus profond de nos tripes et de notre coeur ! Cette petite voix qui souvent murmure tout bas, ce serait géniale de faire ça, j’aimerais tellement être comme ça, je rêverais de faire ça, je me sens comme ça, … Et si on le faisait bordel ? Si on le faisait ? Si on pétait les barrières et que l’on osait enfin être nous-même ? Moi c’est décidé, depuis plus de 8 mois je le vis chaque jour et quelle liberté, que bonheur, quel kif ! Je me suis jamais sentie aussi serine, épanouie, et vraiment libre. Adieu stress excessif, angoisse, jugement et regard des autres, auto-critiques et freins/limites/barrières ! J’ai dit Fuck à tout ça ! J’ai décidé que dans chaque journée, même des journées bof bof comme aujourd’hui y aurait du fun et du love !!!!!!!! Et que ça fait du bien de se lâcher la grappe et de VIVRE selon soi et pour soi !

Et si ça te parle, si tu en as marre, si tu ne sais pas qui tu es vraiment, si tu ne te sens pas à ta place, si tu ne te sens pas libre d’être, de faire, si tu veux vivre pleinement et te lâcher la grappe JE T’OFFRE 1 SESSION DE COACHING GRATUITE avec moi pour découvrir ce qui bloque et transformez ça pour être pleinement toi. Pour en profiter, envois je me lâche la grappe à uninstantsacre@gmail.com

DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

Je ne me forcerais plus 

Je n’écris pas tous les jours, comme je me l’étais pourtant fixé comme objectif en début d’année avec ce défi des 365 jours d’écriture partagée. 

Je veux d’ailleurs remercier tous ceux qui s’abonnent à chaque publication aux flux et pour recevoir les e-mails 🙂 merciiiiii

Je ne veux pas me forcer. J’adore ses écris que je livre ici soit à coeur ouvert soit en réflexion de la vie. Tout ici est authentique et profondément moi. C’est qui je suis, dans toutes mes nuances, et en vérité. C’est pourquoi je ne me forcerais pas à écrire tous les jours. J’ai pourtant chaque jour l’envie et l’inspiration mais pas forcément l’envie de prendre le temps … parfois mon repos, un temps en famille ou pour mon couple passe avant. Je me demande toujours : qu’est ce qui me fera le plus de bien ?

L’Effort n’est plus ma Vision de la motivation. Se forcer et envie ne sont pas amis, ils ne vont pas ensemble, d’ailleurs notre cerveau n’aime pas l’effort ! Notre système primaire a 2 objectifs(cerveau reptilien) : notre survie et le plaisir ! Et plus le plaisir nous semble facile plus on y va facilement (shopping, Netflix, cigarettes, alcool, alimentation, Sportes, distractions). D’ailleurs heureusement que parfois c’est facile! Demande toi pourquoi tu mets de la difficulté et de l’effort partout ? Ça dit quoi de toi ? 

Alors je garde mon objectif et je relève le défis d’écrire de plus en plus et d’arriver à vous partager mes écris chaque jour pour le plaisir de le faire et de transmettre 🤩

Je garde en tête que je ne veux plus me forcer et que mon ambition de vie est de kiffer. Dans la vie tu peux faire mille expérience mais l’expérience de la vie tu ne peux la faire qu’une fois. Je me disais que peut-être tu pourrais choisir la manière dont tu veux passer chaque journée de ta vie. J’ai compris que l’on cherchait ailleurs, loin, plus tard mais pourquoi ne pourrions pas trouver le bonheur dès aujourd’hui ?

(42 ème jour du défis sur 365) 

coaching, DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

LAISSEZ MOI ME PLAINDRE EN PAIX

Et si je me plaignais pour une bonne raison ?

T’es-tu déjà demandée ce que tu avais à gagner à te plaindre ? 

Parce qu’oui il y a des bénéfices à se plaindre. Et j’en ai moi-même fait l’expérience je t’en parle dans ce post … 

Quels bénéfices à se plaindre ?

Mais avant toute chose : je veux surtout que tu comprennes qu’il est bien normal de se plaindre, tout est dans la quantité.… Bien évidemment il y a toujours pire ailleurs, il y a toujours plus pauvre, plus malade, plus malheureux, plus triste etc. mais ce n’est pas parce qu’il y a plus à se plaindre ailleurs que tu ne dois pas te plaindre de temps en temps si tu le souhaites. C’est qu’interdire de se plaindre cache aussi autre chose… comme éviter de regarder ce qui ne vas pas, se convaincre de faire les choses bien ou d’être une bonne personne, le besoin de subir pour mériter et avoir le droit !

Alors pourquoi se plaindre peut-il être bénéfique ?

Parce que cela peut te permettre d’attirer inconsciemment l’attention sur toi. Tu peux avoir ainsi l’impression qu’on t’écoute plus, on t’invites, on t’offre de l’aide, on te fais des cadeaux, on fait des choses pour toi et on s’intéresse ENFIN à toi… Tu peux aussi te plaindre parce que tu penses que c’est la seule façon de fonctionner et que ton entourage SE PLAINT ÉGALEMENT, c’est le mode de fonctionnement, alors si toi tu arrêtes de te plaindre tu peux avoir peur de ne plus avoir ta place parmi eux…

Je me suis récemment aperçu qu’une part de moi se complaisait dans le fait de répondre que pour moi aussi c’était dure. Que ce n’est pas parce que j’étais à mon compte que j’avais la vie plus facile, ou parce que j’étais coach que tous mes « problèmes » étaient résolues, ou que comme j’étais positive je devais jamais avoir de galère. Comme si j’avais besoin qu’on reconnaisse mes efforts… Comme si on ne pouvait pas réussir sans mériter, sans galérer… Aujourd’hui je sais que c’est faux et je n’ai plus j’ai envie de me plaindre. Nous sommes dans une société ou il faut faire faire et avoir, où on peut dire quand ça ne va pas, on loue les louanges de l’échec et la persévérance, le mérite, les efforts et on ne doit surtout pas dire quand tout va bien, quand c’est facile ou simple (ça ne se fait pas voyons) …. Et pourquoi ? Qui a dit ça ? Moi j’admire les gens qui réussissent facilement dans le fun et qui profite de la vie, qui voit toujours du positif, je trouve ça géniale de gagner au loto ou d’avoir de la chance et tant mieux si tu es né une cuillère en or dans la bouche. Ou est le problème ? C’est pas les bons et les mauvais, les riches et les pauvres, les « tu galèreras toute ta vie et tu mériteras » et les « de toute façon c’est facile pour elle » ….. Et les nuances, les variations ?

J’ai aussi remarqué que je me plaignais aux autres comme s’ils allaient pouvoir m’apporter une solution …. Mais également que ça me permettait de me voiler la face sur le fait que je procrastinais, que je n’osais pas mettre les choses en place par peur de l’échec … En gros, bin ça m’arrange bien quoi ! « C’est pas moi, c’est pas ma faute … »

Parfois on se plaint que rien ne va parce que cela nous rassure et que c’est plus facile que de changer les choses, d’expérimenter, de tenter. Que parfois changer les choses demande quelques sacrifices, des efforts, du temps et qui nous paraît plus simple de se plaindre que de mettre les choses en place. Pourtant la seule chose qui changera vraiment les choses c’est le changement 🙂 ; me plaindre ne changera pas mes pensées et mes émotions négatives, ni ma situation, peut-être même qu’à force ça éloignera des gens par lassitude ou pour toute autre raison peu importe…

Une chose est sure : me plaindre ne me permettra pas de passer à l’action.

À partir d’aujourd’hui j’arrête de me plaindre car je n’ai pas besoin de l’attention des autres, ni de leur solution, ni d’effort, ni de mériter. J’ai juste à expérimenter, tester, modifier, oser et kiffer. J’ai confiance, ça ira toujours et ce sera toujours chouette d’une manière ou d’une autre. J’ai la possibilité de choisir de pensée ce qui me fait du bien, pourquoi je devrais m’en priver ?

coaching, DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

Et si c’était toi le problème ?

J’aurais pu créer un « problème » à mon fils de 5 ans sans même m’en apercevoir et lui créer la blessure d’injustice et la croyance de « ce n’est pas moi qu’on choisit » ou encore celle de « je suis toujours la 3ème roue du carrosse !

Et si on avait pas besoin d’être choisi pour être aimable ?

Mes enfants sont en vacances chez papi et mamie, il fait beau et mamie les a emmené à la fête foraine avec ma cousine et sa fille. Tous les trois ils s’entendent très bien, ils ont 3-4 et 5 ans. Les filles de 3 et 4 ans deviennent plus proche et jouent plus ensemble ses derniers temps, quand mon fils est plus à jouer seul, avec des enfants plus grands s’il y en a ou à rester avec nous. Et plusieurs fois je me suis surprise à penser « le pauvre il est tout seul, j’espère qu’il ne se sent pas mis à l’écart ». Je ne l’ai jamais dit à voix haute. Aujourd’hui ma maman m’envoie des photos de leur après-midi fête foraine et je remarque qu’il est souvent seul dans les manèges, et les deux petites ensemble. C’est alors que j’envois à ma maman le message « J’ai l’impression que Driss est souvent tout seul, ça va ?  » et elle me répond : « il s’en fiche, il n’a rien dit, il choisit ses manège et s’éclate » Et là ça a fait tilt ! Ma croyance personnelle, mon traumatisme d’enfant parlait pour moi et j’allais lui transmettre mes propres blessures et créer des peurs chez lui qui n’existent même pas ….

Enfant, et plus tard ado, on était un groupe de 3 copines et j’ai souvent, pour ne pas dire toujours, eu cette impression d’être la 3ème roue du carrosse. J’étais aussi, à tort ou à raison (mais je l’ai vécu comme cela) celle que l’on ne choisie pas ou en tout cas pas dans les premières à être choisie. Je ne pensais pas encore avoir cette blessure en moi, aujourd’hui j’ai la preuve qu’elle est encore là dans un coin de ma tête. Alors je décide de rompre avec cette blessure, je n’en veux plus, aujourd’hui je sais que ma valeur ne dépend pas du fait d’être choisi ou non, ni même du fait d’être seule ou non. Aujourd’hui je reconnais que certains peuvent me choisir et d’autres non mais que cela ne détermine pas si je suis bien ou non. Aujourd’hui je déclare que je peux être choisie.

Regarder ces pensées, écrire permet de ne plus être en mode pilote automatique et de ne plus subir ses émotions, ses croyances, ses programmations, ni même la vie ou les autres. C’est je pense la réelle clé du lâcher prise et la seule possibilité de se détacher du jugement des autres. Je ne suis pas mes pensées, et si celles ci ne plaisent pas je peux les changer 🙂 Je peux choisir l’histoire que j’ai envie de me raconter 🙂

(écris 38/365, écrire chaque jour)

DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

la Magie d’être soi

3 jours que je n’ai pas écris – ici … car j’ai écris chaque jour dans mon carnet, parfois juste quelques mots parfois plus, j’aurais pu le faire ici mais je me suis laissé emporter par ma croyance selon laquelle c’est plus difficile, enfin non pas plus difficile mais cela me demande plus de logistique que de simplement écrire dans un carnet 🙂 Et puis ici je fais un effort (enfin petit ne m’en veux pas trop) de relire et d’essayer de faire le moins de fautes possible (ce que je me fous royalement de faire ou non dans mon carnet iiii)

Ce mois de janvier passé à écrire ici et à partager mes écris m’a montré à quel point j’aime écrire. Ce mois m’a aussi permis de constater parfois une différence, un ressenti différent, au niveau des journées avec l’écriture et celles sans … J’espère que lire mes écris faire échos, résonance, voir bouscule des choses chez vous. J’ia pour ma part envie de contribue à créer un monde meilleure, dans ma vision des choses un monde meilleure signifie un monde où chacun se sent bien et s’épanouie, ù chacun prends le pouvoir de sa vie en mains et expérimente, module, transforme pour en faire une vie qu’il kif. Je pense que si nous sommes plus nombreux à nous aimer et à aimer la vie que l’on a alors on passera moins de temps à se comparer, à juger, à critiquer, à commenter, à se disputer ! J’ai l’espoir que revenir à l’être permette de mieux partager le faire et l’avoir. Je suis sûre qu’il existe autant de vision que d’être humain, autant de manière de faire que d’être humain, autant de vie différente que d’être humain.

Je me suis un peu écartée du sujet là ?!? Oups …. Ça m’arrive assez souvent ça 🙂

La magie de l’écriture : le pouvoir d’être soi

ECRIRE … j’en ai besoin ça me permet de rester en veille, de ne pas être en mode pilote automatique. Ecrire, ici ou dans mon carnet me permet de sortir des pensées qui tournent en boucle, d’observer et de comprendre, mais aussi de transformer si j’en ai besoin. J’utilise différents moyens selon que je souhaite me libérer, sortit des schémas répétitifs, faire péter mes barrières ou mes peurs ou selon que je souhaite me créer une journée de kiff, voir du positif, faire de la méditation écrite ou encore de la visualisation écrite.

L’écriture est un outil tellement puissant, reconnu comme outil thérapeutique pour ses différentes vertus mais aussi au niveau des neurosciences, du développement personnel et du coaching. J’ai toujours aimé les mots, les observer, les remettre en question, chercher à comprendre ce qu’ils voulaient nous dire. Pourquoi utilise-t-on plutôt certain mot que d’autre ? Ce n’est pas un hasard ! Tous comme de nombreux maux que l’on peut exprimer, révéler et libérer par les mots. Les mots c’est aussi le meilleur moyen d’y voir plus clair, d’oser se poser sur une situation, une souffrance, un blocage ou un schéma répétitif pour l’observer puis s’en libérer. L’écriture permet de devenir consciente, de mettre de la conscience dans sa vie.

A QUOI ÇA SERT D’AVOIR LA LIBERTÉ DE PENSER si nous ne faisons jamais attention aux pensées que nous nous répétons à longueur de journée ?

Si tu veux te lancer dans l’écriture j’ai un cadeau pour toi j’ai créé et animé plusieurs ateliers d’écriture pour le développement de soi et l’épanouissement, si tu veux je t’offre le guide et son workbook : envois magie de l’écriture à uninstantsacre@gmail.com ou commente ici sous l’article

J’ai également crée 1 accompagnement de coaching entièrement guidé par l’écriture, 3 mois pour faire entrer le bien-être et l’épanouissement dans ta vie. 3 mois seulement pour sortir d’un schéma ou d’une situation, de maux – troubles – douleurs, te libérer, voir les choses autrement, réaliser un objectif, un rêve, pour mettre de l’intention et écrire la vie que tu veux. 3 mois pour écrire ton histoire, que veux tu changer, qui veux tu être ? Quelle vie veux-tu ?

(34ème jour du défi 365 écris partagé en 2022)

coaching, DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

AU PAYS DES BISOUNOURS 

Laisse moi rêver un peu, beaucoup, passionnément

Qu’il y a -t-il de mal à penser que la vie peut être simple ? Qu’il y a-t-il de mal à être optimiste ? Et est-on obligé de voir le verre à moitié plein ou à moitié vide ? Et si je voyais simplement qu’il contenait quelque chose et que je me demandais ce que j’avais envie que ce soit ? Et si je répondais simplement il n’est pas vide, il n’est pas plein, mais il contient déjà quelque chose, je peux le vider et le remplacer par quelque chose d’autre si j’en ai envie ou le mélanger à une autre boisson ou encore y ajouter des pépites, je peux le faire déborder ! L’important est-ce la quantité, est-il plutôt plein ou vide, ou le plus important est-ce ce qu’il contient ? La qualité plutôt que la quantité … Ce que je veux mettre dans ma vie, plutôt que combien … Ce que je veux être plutôt que ce l’image que je veux donner …

Créer sa propre réalité, tes pensées crées ta vie, choisis des pensées d’amour, de fun, de fuck

Laisse moi rêver un peu, beaucoup, passionnément …. D’un monde dans lequel l’amour règne en maître, d’un monde dans lequel chacun est libre d’être … D’être pleinement ce qu’il est, dans son unicité, dans sa ressemblance aux autres et dans sa globalité. Libre d’être, de penser, de bouger, d’expérimenter, de vivre … Libre du regard des autres …. Laisse moi rêver un peu, beaucoup, passionnément …. D’un monde sans comparaison, sans supériorité … d’un monde d’égalité ou l’autre serait seulement un être humain, ou un être vivant et pour lequel la valeur de sa vie serait tout aussi importante que la valeur de ma vie … Laisse moi rêver un peu, beaucoup, passionnément ….  D’un monde ou l’Homme n’a pas besoin de dominer, de montrer sa supériorité …Laisse moi rêver un peu, beaucoup, passionnément ….  D’un monde dans lequel la simplicité remplace les schémas de complexité, dans lequel les possibilités sont multiples, dans lequel le mot limite n’existe pas et dans lequel chacun à sa place.Laisse moi rêver un peu, beaucoup, passionnément …. D’un monde sans étiquettes, sans catégories, sans hiérarchisations, d’un monde libre oui chacun peut-être ce qu’il veut, et autant d’autres s’il le souhaite …. Laisse moi rêver un peu, beaucoup, passionnément …. Laisse moi rêver encore et encore que tout peut se construire différemment, laisse moi expérimenter et imaginer …. 

Et si toi aussi tu prenais le temps d’écrire le monde que tu aimerais … A quoi as-tu envie de rêver, pour savoir à quoi tu as envie de croire et commencer à incarner ce monde ? Tout commence par une idée et une personne 🙂 Si tu en as envie, partage tes écris avec le #jesuissacrée et identifie moi @1instantsacre, tu peux aussi me les envoyer à uninstantsacre@gmail.com j’adorais échanger sur les visions de nos mondes 🙂

(31/365, écrire chaque jour)

coaching, DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

Lâcher-prise pour vivre sans se poser de questions

Aujourd’hui je savoure cette simple liberté de ne pas m’être posée de questions … j’ai simplement vécu cette journée au rythme des minutes, sans rien prévoir, sans pression, sans objectif. Seule avec les enfants, ses bouts de choux (pas toujours choux), la maison à faire tourner, les activités à planifier et à réaliser, faire à manger, sortir prendre l’air, ne pas trop les laisser jouer seuls, les faire progresser, pas trop de télé, des temps partagés mais aussi des temps pour moi de qualité …. je n’y ai pas pensé et pourtant j’ai beaucoup fait mais faire sans pression, dans le temps, avec des pauses pour moi – pour eux, je m’aperçois que c’est une réelle liberté. Je me suis toujours posée beaucoup de questions, je pense beaucoup, je croyais que c’était comme une obligation, je croyais que je ne trouvais de raison que dans le faire beaucoup et vite, je m’aperçois que pas du tout ! Je peux me raconter une toute autre histoire, une histoire qui me fait plus de bien dans laquelle je suis sans qualificatif, ainsi je suis libre d’être dans le moment et de faire comme bon me semble à l’instant et de faire différemment l’instant d’après. J’ai découvert que je pouvais ne pas me poser de question, et faire taire les pensées qui arrivaient comme les distraire. J’ai découvert que penser qu’il est possible d’être tout et son contraire, d’être différente dès l’instant d’après, dès maintenant, que si je voulais croire quelque chose de vrai ça pouvait le devenir c’était libérateur. Je ne suis plus cette personne pressée, en train de courir après je ne sais trop quoi juste parce que je pensais être comme ça, je ne suis plus cette personne aux milles et une pensée qui cherche un bouton stop. Je suis parfois celle qui penses beaucoup, quand cela est nécessaire et je sais que je peux aussi être celle qui ne pense pas. Les pensées peuvent être un échappatoire à la réalité, une prison dans laquelle on s’enferme dans nos conditionnements nous empêchant de réaliser que notre vie se vie maintenant et pas dans 10 ans. Mes pensées ne sont que des pensées, des suites de mots que j’entends et que j’observe aux quelles je peux dire stop à tout instant, je peux choisir d’en changer les mots pour en faire de belles paroles au rythme entrainant d’une chanson du bonheur.

je vous souhaite de vous écrire et de vous dire de belles pensées à fredonner comme une belle soirée d’été

(Ecris 29 sur 365, défi écrire chaque jour)

coaching, DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

TU ES UNE BATTANTE

Tu es une battante, je l’ai entendu plusieurs fois à mon sujet et je pensais jusqu’à récemment que c’était un compliment, ça me plaisait de me dire que les gens me voyait comme quelqu’un de persévérant qui faisait tout coute que coute pour réussir à créer la vie qu’elle voulait. Je pensais que c’était positif que l’on me voit comme quelqu’un de forte. j’aimais cette image et je me sentais même gênée quand en réalité je trouvais les choses faciles et je n’osais même pas le dire !

Le revers de la médaille de ce faux compliment : c’est qu’être une battante insinue que je me bats toujours pour obtenir ce que je veux. Ça insinue à mon cerveau que l’on doit se battre pour obtenir les choses, que c’est compliqué, que c’est de la galère. Mon inconscient enregistre alors la programmation suivante : pour réussir il faut se battre ! Avec des raccourcis comme « c’est dur d’y arriver, bas toi, persévère, tu vas y arriver et à la fin ça en aura value la peine » Comme si on ne méritait la réussite qu’en luttant. Comme si sans effort on ne pouvait pas réussir, ainsi mon cerveau ne me montre que des schémas de galères, d’échecs, d’obstacles, d’expériences compliqués et de parcours semés d’embûche. Mais que d’expressions faussement positives qui nous engluent dans des chemins limités, ou la réussite reste réservée aux autres. Je parle de réussite mais c’est la même chose pour le bonheur, l’argent ici je parle de tout ce que j’obtiens. Comme si ce que j’obtenais sans galérer n’avait pas de valeur ! N’importe quoi.

MAIS moi je ne veux pas me battre, je ne veux pas galèrer dans la vie, prouver que je peux, je ne veux pas luter. Je veux de la facilité, de la rapidité, de la fluidité, de la liberté. Je veux croire que tout est possible et pour tout le monde, qu’on peut y arriver simplement en étant soi et dans le kiff. Alors à partir d’aujourd’hui je cesse d’être une battante, je deviens une confiante de la vie, une amoureuse de la vie, une passionnée, je programme les notions d’association de réussite et simplicité, de réussite et passion, de réussir en étant moi. Je me reprogramme et j’ouvre des perspectives, avec ces nouvelles associations mon cerveau va pouvoir se concentrer sur des exemples démontrant que l’on peut y arriver en étant soi, rapidement et simplement dans le fun et le love ! La neuro-plasticité nous permet de voir le cerveau comme une pâte à modeler, notre désir est son ordre alors à partir d’aujourd’hui je décide de lui donner l’ordre de me prouver chaque jour que je réussis à développer mon business facilement, dans la joie, le fun avec le coeur et sans difficultés, sans lutes, sans me battre.

Et toi quel ordre as tu envie de lui donner ? Et as-tu déjà regardé les mots que tu emploies pour parler de toi ? Les mots en disent beaucoup 🙂

Et si toi aussi tu veux découvrir qui tu es réellement, développer ton potentiel, laisser éclore ta liberté et te donner les moyesn simplement, dans le fun et le love de t’aimer et d’aimer la vie écris moi à uninstantsacre@gmail.com, avec coaching offert en objet ! Je t’offre une cession de 45 min avec moi pour que tu deviennes rev’elle actrice de ton potentiel et que tu puisses t’épanouir librement en étant toi. Parce qu’on mérite toutes de se kiffer et de kiffer la vie.

Je viens de débloquer quelque chose de puissant et qui va réellement transformer ma vision et mes actions, c’est génial l’écriture j’adore !

Et si tu as des doutes sur le fait que ton cerveau fait exactement ce que tu veux, viens en coaching on en parle. Je l’ai déjà démontré à mes clientes et y a une super vidéo dans le programme Osez se kiffer et kiffer la vie d’ailleurs à ce sujet. On y apprends comment transformer ses pensées et sa vie, pour du fun du love et du fuck !

(écris 29/365, défi 2022, chaque jour j’écris)

coaching, DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

Mood du jour … bad mood

En ce moment, depuis quelques jours, c’est étrange cette sensation que j’ai … je sens que mon énergie est différente, je dois me mettre chaque jour de petites claques pour ressentir ma joie de vivre, mon envie de tout déchirer, mon sourire se cache sous un un sentiment que je ne serais réellement décrire avec des mots. J’ai besoin de réveiller chaque jour, grâce à ma routine du matin mais aussi avec des outils rapides dans la journée, mon sourire, mon soleil intérieur et mon envie.

C’est comme si j’étais éteinte et en même temps je sens au fond de moi comme une étincelle qui demande qu’à s’allumer. Je ne sais pas si c’est le climat extérieur que je trouve pesant, le manque de luminosité et la grisaille de cet hiver particulièrement morne lui aussi, ou le manque d’énergie et d’envie des gens ou bien si c’est juste une phase de pré-changement … Ce que je sais c’est que je n’attendrais pas que le printemps arrive pour me sentir mieux. Je ne veux pas me laisser sombrer, j’accueille et j’écoute, mon rythme est plus doux que d’habitude. C’est agréable aussi. Et puis c’est quand même moi, c’est pas parce que je ressens le besoin de prendre le temps que je suis moins efficace. Je ne pense pas que nous ayons besoin d’être performante chaque jour, je pense que la performance c’est de savoir être soi et écouter aussi ses variations de rythme 🙂

Je n’ai pas d’autre chose à écrire je sens que je suis moins dans l’action physique, dans le faire tel qu’on l’entend … je suis dans une autre manière d’être. Je suis dans l’exploration d’une autre manière d’être : plus fluide, plus lente, plus consciente, je me sens libre. Je crois finalement que je ne me sens pas mal ou triste ou perdue, si je ne sais pas trop quoi répondre quand on me demande si je vais bien, c’est que mon état d’être profond est en train de changer je crois. Je suis comme dans un univers parallèle, j’ai l’impression de me découvrir et de devoir appréhender ce nouvel état d’être qui passe par un ressentit différent, un mode de pensée différent et un éloignement du faire faire faire … C’est encore floue et je pense que c’est qui me perturbe mais je ne suis finalement pas éteinte ou mal, je suis juste en changement. J’ai hâte de voir où cela va me mener …

En rédigeant l’extrait de cet article, j’ai écris l’accueillir (en parlant d’accueillir le changement) et je me suis aperçue que c’était peut-être juste la cueillir cette récolte du changement, cette nouvelle fleur en train d’éclore 🙂

(écris 28/365 jours d’écriture)