DEFIS 2022 ECRITURE

Journaling du soir & sommeil

J’aime terminer mes journées sur des petits moments d’écriture, soit pour lâcher toutes les pensées de merde et les situations négatives soit / et pour me focaliser sur les kiffs de ma journée. En te focalisant sur tous les moments sympa de ta journée, sur tes fiertés, tes petits et tes grands bonheurs, mais aussi toutes tes fiertés, tes reconnaissances tu te permets de reconnaître qu’il y a dans chaque journée au moins un truc positif (tu es en vie) et tu apprends à ton cerveau à relativiser et à voir les choses différemment, tu te donnes le droit à un meilleur sommeil. Savais-tu que ta dernière pensée du soir déterminait la qualité de ton sommeil mais aussi ton état émotionnel du matin ?

Je vous partage ici mon journaling de ce soir.

Le contexte : je travaille rarement le samedi complet, parfois le matin. Je m’arrange pour éviter de faire garder les enfants, sauf par le papa. Je veux avoir un weekend off, sans contrainte horaire. J’ai eu cette impression à un moment donné de ne pas avoir profité de ma journée, un ras le bol de mon travail que j’adore parce que j’ai travaillé en devant laisser les enfants à ma maman, puis faire de la route, être avec mes enfants le temps que mon conjoint puisse à nouveau les garder pour ensuite aller à nouveau en rendez-vous. J’ai eu l’impression de ne pas souffler, de ne pas avoir de week-end .. Alors j’ai eu envie de prendre ce temps pour regarder si cela était vraiment vrai ou pas … Et j’ai envie de me coucher avec une pensée et des émotions positives sur ma journée.

J’ai profité de mon début de matinée dans le calme car je n’avais pas besoin de bouger avant 9h30, pour emmener les enfants (en pyjama) chez maman. J’ai adoré m’être lâchée la grappe en déléguant la tâche « habillage, dents, etc… » à ma maman, ce matin j’avais juste à profiter du déjeuner avec les enfants et de me préparer moi. J’ai adoré m’autoriser être à la cool aujourd’hui pour bosser.

Je suis fière d’avoir lâcher prise et d’avoir profité de mes 2h à la maison avant de partir sans me stresser avec toutes les tâches ménagères (j’aurais du ranger et au moins passer l’aspirateur, ça sera fait demain !) J’ai même eu le temps de jouer 20 min avec eux 🙂 C’était calme et ça c’est royal !

J’ai u de supers accompagnements, je n’ai pas vu le temps passer.

Mes enfants ont adorés être chez papy et mamie, et moi j’ai pu profiter d’eux entre mes rendez vous pendant ma pause de 3h, c’est génial. C’était du calme, des rires, des jeux. J’ai pu voir ma maman.

On a passé une super soirée, je suis rentrée à 19h30, mon chéri avait préparé l’apéro, j’ai rangé le principal en quelques minutes et on s’est posé devant un apéro dessin animé super top avec les enfants, des câlins, du calme, et un super dodos pour eux.

Je profite d’un petit temps et je peux me coucher tôt et j’en ai bien besoin.

C’était un beau samedi

Demain je suis à la maison, je vais pouvoir faire ce que j’ai à faire et profiter d’eux, mais l’essentiel je devrais pouvoir avoir l’heure qui m’a manqué cette semaine pour mon deuxième footing 🙂

La nuit s’annonce merveilleuse et reposante

Je suis remplie de gratitude par mon travail, pour le fait d’être à mon compte et de pouvoir m’organiser, parce que j’ai une maman géniale, pour mes enfants en pleine santé et pour ma santé et celle de ma famille.

Merci

(écris 22 … ou presque il y a eu quelques loupés …. sur 365 jours d’écriture)

DEFIS 2022 ECRITURE, minceur

Reconnexion

avant de te parler du sujet que j’ai envie de partager avec toi aujourd’hui … petit retour sur le fait que je n’ai pas écris hier … 1er jour loupé de mon défi 365 jours d’écriture partagée … mais j’ai décidé que ce n’était pas grave, je ne vais pas me culpabiliser ou m’obliger. ce défi ne deviendra pas un calvaire. Je me le suis lancé parce que je voulais m’ancrer l’habitude d’écrire sur ordinateur avec autant de simplicité que je le fais dans mon carnet. Je me suis lancée ce défis pour donner envie d’écrire, pour permettre de faire connaître tous les bienfaits de l’écriture dans le bien-être et l’épanouissement. Je le fais parce que depuis toute petite je rêve de partager mes écris, mes pensées, mes connaissances et même peut-être des histoires sans jamais oser. Alors si je loupe une fois, ou plus c’est ok et je sais que ce n’est pas une excuse pour ne pas écrire. Parfois juste il manque du temps, de l’envie ou de la solitude; j’aime bien écrire sans mes enfants à côté 🙂 Je peux le partager ici, je l’ai très peu dit à voix haute, très peu de personne le savent mais je voulais être écrivain, romancière ou journaliste. Peut-être que ce rêve verra le jour un jour 🙂 Et toi, quelle rêve avais-tu enfant ou adolescent ? Et est-ce qu’ils t’animent encore ?

Alors pour en revenir à cette notion de re-connexion, le titre de cet article, je voulais te raconter mon expérience de cet été. Cet été j’ai vraiment, pour la 1ère fois, expérimenté le lâcher-prise et l’ETRE. J’étais moi, simplement moi, dans le coeur, dans le corps et très peu dans le mental. Et que ça fait un bien fou … Je ne pense m’étaler dans tous les détails de cette expérience ici, mais plutôt te le relater au travers de différents écris sinon je pense que l’article serait beaucoup trop long.

Et si je parle de re connexion c’est bien parce que j’ai eu cette sensation de me connecter pour la 1ère fois à qui je suis vraiment, de mon connecter à mes sens, mes ressentis, à ce qui vibrait. J’ai déconnecté le mental pour me remettre dans le corps, dans l’être. J’ai cette impression étrange que nous sommes soit en mode pilote automatique (métro boulot dodo – la tête dans le guidon) soit dans l’analyse du pourquoi du comment, à chercher toujours un sens, une explication, une raison. A nous poser mille et une question, sans vraiment vivre. On nous propose une société ou le bonheur et la réussite sont associés, où réussir se mesure à ce que l’on fait et ce que l’on a. On nous propose une société ou liberté et argent sont liés, comme si je ne pouvais être libre que si j’étais suffisamment riche. Ce qui est logique dans la mesure où on nous propose une société du paraître, de l’avoir et du faire. Pour être heureux et libre, il faut réussir, voyager, être propriétaire, avoir des activités et des loisirs, ne pas rester chez soi tout en ayant un super chez soi, posséder tel ou tel objet … et donc avoir de l’argent pour payer les voyages, la maison, les sortis, les téléphones, les abonnements, …. On nous propose une société ou il faut s’occuper, faire choses, voir des gens, vivre des expériences …. Je croyais que vivre était déjà une expérience en soi …. Et ou je suis la dedans ? Ou est simplement l’être ? La liberté ce n’est pas juste de pouvoir sortir si on le veut pour se balader ou rester chez soi, choisir ses amis, ses activités, son travail … être libre n’est ce pas juste faire des choix qui correspondent à nos aspirations, à nos rêves, à nos valeurs ? Je suis libre !

Tout se compare, tout se contrôle jusqu’à notre apparence. Cet été j’ai fait l’extraordinaire expérience de ne jamais me regarder dans un miroir. Ce n’est pas une expérience que j’ai choisie, elle s’est imposée à moi puisqu’il n’y avait pas de miroir dans notre location, si ce n’est ce petit miroir dans la salle de bain, dans lequel on pouvait seulement voir notre visage. « Miroir, miroir mon beau miroir dis moi qui est la plus belle ? » Ah blanche neige …. la beauté est merveilleuse, c’est la plus grande valeur d’ailleurs elle entraîne jalousie, mépris, mais aussi admiration … Existe-t-il une seule beauté ? Hum … ce n’est pas le sujet ici.

J’ai découvert le bonheur du lâcher prise, de ne pas me contrôler dans le miroir. Je me suis aperçue que le miroir nous servait juste de faire valoir, on se regarde pour se contrôler, se comparer, se détailler et finalement comment en ressort-on ? J’ai découvert le plaisir et la liberté de s’habiller par envie et par ressentis. Choisir ses vêtements en fonction de ce que l’on a envie, parce qu’ils nous plaisent. De les essayer et de juste se demander : est ce que je me sens bien. La seule validation dont j’ai besoin pour m’habiller est celle de mon corps qui me signifie qu’il est bien, qu’il peut bouger, respirer, être ! Et quelle bonheur. Sans regarder si ici on ne voit pas trop ceci ou cela, si ce n’est pas trop serré ou boudiné ou décolleté …. J’ai osé des associations de couleurs, de style, de matière parce que je trouvais ça jolie sur cintre et que je me sentais bien dedans. J’ai adoré le no bras parfois et parfois j’ai adoré porter des soutiens gorges …. J’ai appris aussi du fait du petit miroir et de ce lâcher prise à sortir sans maquillage si je le voulais, et à me sentir bien. J’ai appris à associer ma beauté non pas une image reflétée et dupée dans un miroir mais à un ressentit. Je me suis trouvée belle sur les photos comme rarement, j’ai eu des compliments « rayonnante » « lumineuse » « respirant le bonheur » qui ont mille fois plus d’importance que tu es belle, tu as mincis, ça te va bien comme tu es habillée …

Je profite de ces quelques lignes pour te dire que les photos et les miroirs ne réflètent pas la vérité mais seulement ta vérité. Ce ne sont pas tes yeux qui voient mais ton regard biaisé par tes croyances et tes pensées. Un angle de prise de vue, une lumière, une position ou encore une forme de miroir ne donneront jamais le même reflet c’est scientifique ! Alors je me dis que c’est fou toute l’importance qu’on leur accorde et que le seul accord dont on a besoin c’est notre ressentis.

ET tu sais ce qui influencent le plus ton ressentis ? Tes pensées. Alors si tu penses que tu es moche, grosse, mal proportionnée et que ensuite tu teregardes dans le mirour ou sur le sphotos en validant ses pensées …. tu sais tu te sentiras juste mal. Alors que si tu choisis des vêtements dans lesquels tu te sens bien , que tu vis par plaisir, que tu bouges, que tu respires et que tu portes ton attention sur ce que tu vis tu te sentiras plus libre, plus sereine, plus légère. Et si dès maintenant nous pensions que notre corps et nous ne faisons qu’un, que nous le remercions pour tout ce qu’il fait pour nous chaque jour et que nous commencions à l’aimer indépendamment de son image mais pour ce qu’il fait pour nous chaque jour : vivre ! Sans corps pas de vie. Alors vis dans ton corps avec plus d’harmonie.

Et si toi aussi tu essayais cette expérience pendant 10 jours de ne plus te regarder dans un miroir ? Tu sais en vrai même pour se maquiller on est pas obligé de se regarder en entier dans un miroir, on peut juste regarder nos yeux, nos sourcils, notre bouche et tous indépendamment les un des autres. Et peut être ainsi redonner de l’importance à toute les parties de nous. Si tu t’autorisais à te re découvrir par le ressentis, pas le corps, par le plaisir et l’envie. Qu’as tu à gagner ?

Belle soirée et à très vite

Merci à tous ceux qui m’envoient des messages en privé ou commente sur les réseaux, merci à vous tous qui lisez même si vous ne laissez pas de j’aime ou de commentaire, merci à moi même de m’offrir ses temps.

Quand je regarde cette photo avant j’aurais été validé (ou non) sa publication en fonction de la taille / apparence de mon ventre, de mes bras et de mon maquillage aujourd’hui je la publie parce que je vois la liberté, le bonheur, le sourire et la joie de vivre. Je la publie parce que j’ai kiffé ce moment et que je kiffe la vie