coaching, DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

Être heureuse 

Longtemps j’ai cru que pour être heureuse je devais faire ou posséder … je pensais être heureuse en week-end, en vacances, si je voyageais, si j’avais une vie riche de sorties – de rencontres – d’achats …. J’attendais toujours plus ou autre chose pour être à nouveau heureuse ou me dire heureuse. 

Et si on pouvait être heureuse chaque jour de sa vie

Puis j’ai compris. Être heureuse ce n’est ni avoir ou faire. Ce n’est ni posséder ni passer à l’action. Être heureuse ca ne doit pas attendre et se conditionner. 

Être heureuse c’est ÊTRE. C’est un état d’être ! Ça se sent et ça se vit. On se sent heureuse et/ou on se pense heureuse. 

Être heureuse s’est différent pour chacune d’entre nous. Cela dépend de nos valeurs, de nos aspirations, de ce que nous aimons, de qui nous sommes. Mais surtout, surtout, du sens que l’on donne au mot « bonheur » et à l’image que l’on s’en fait. Encore faut il se connaître 🙂 T’es-tu déjà demandée : qu’est ce que je crois vrai au sujet du bonheur ? Ensuite, interroge tes réponses, et si cela ne te rends pas heureuse alors peut-être peux-tu envisager de changer ta réponse ! Il faut oser s’avouer ce qui nous rend heureuse (loin des dictats, des conditionnements et des schémas personnels). Souvent c’est la somme de pleins de petites et de plus grandes joies, de tout un tas de choses qui font nous sentir heureuse.

Pour moi être heureuse c’est profiter de l’instant présent, c’est être seule ou entourée selon mon envie, c’est s’écouter, c’est oser être celle que je suis, c’est boire un bon café et apprécier son odeur, prendre une douche bien chaude, me promener, courir, être avec mon chéri, jouer rire observer mes enfants, développer mon business, accompagner des femmes à enfin s’aimer et se lâcher la grappe pour qu’elles kiffent la vie et en profite pleinement. C’est aussi me former, m’informer, décortiquer le fonctionnement humain, dessiner, danser, rire, vivre.

Chaque jour je m’assure de mettre du kiffe dans ma journée pour me sentir heureuse. 

Être heureuse est une responsabilité personnelle, cela se décide c’est d’abord une décision que tu prends, ensuite c’est une somme de pensées et puis un ressentis et enfin une action 🙂 

Alors décides-tu d’être heureuse chaque jour de ta vie ?

écris dans le cadre du défi 365 jours d’écriture partagé

coaching, DEFIS 2022 ECRITURE, mindset

LAISSEZ MOI ME PLAINDRE EN PAIX

Et si je me plaignais pour une bonne raison ?

T’es-tu déjà demandée ce que tu avais à gagner à te plaindre ? 

Parce qu’oui il y a des bénéfices à se plaindre. Et j’en ai moi-même fait l’expérience je t’en parle dans ce post … 

Quels bénéfices à se plaindre ?

Mais avant toute chose : je veux surtout que tu comprennes qu’il est bien normal de se plaindre, tout est dans la quantité.… Bien évidemment il y a toujours pire ailleurs, il y a toujours plus pauvre, plus malade, plus malheureux, plus triste etc. mais ce n’est pas parce qu’il y a plus à se plaindre ailleurs que tu ne dois pas te plaindre de temps en temps si tu le souhaites. C’est qu’interdire de se plaindre cache aussi autre chose… comme éviter de regarder ce qui ne vas pas, se convaincre de faire les choses bien ou d’être une bonne personne, le besoin de subir pour mériter et avoir le droit !

Alors pourquoi se plaindre peut-il être bénéfique ?

Parce que cela peut te permettre d’attirer inconsciemment l’attention sur toi. Tu peux avoir ainsi l’impression qu’on t’écoute plus, on t’invites, on t’offre de l’aide, on te fais des cadeaux, on fait des choses pour toi et on s’intéresse ENFIN à toi… Tu peux aussi te plaindre parce que tu penses que c’est la seule façon de fonctionner et que ton entourage SE PLAINT ÉGALEMENT, c’est le mode de fonctionnement, alors si toi tu arrêtes de te plaindre tu peux avoir peur de ne plus avoir ta place parmi eux…

Je me suis récemment aperçu qu’une part de moi se complaisait dans le fait de répondre que pour moi aussi c’était dure. Que ce n’est pas parce que j’étais à mon compte que j’avais la vie plus facile, ou parce que j’étais coach que tous mes « problèmes » étaient résolues, ou que comme j’étais positive je devais jamais avoir de galère. Comme si j’avais besoin qu’on reconnaisse mes efforts… Comme si on ne pouvait pas réussir sans mériter, sans galérer… Aujourd’hui je sais que c’est faux et je n’ai plus j’ai envie de me plaindre. Nous sommes dans une société ou il faut faire faire et avoir, où on peut dire quand ça ne va pas, on loue les louanges de l’échec et la persévérance, le mérite, les efforts et on ne doit surtout pas dire quand tout va bien, quand c’est facile ou simple (ça ne se fait pas voyons) …. Et pourquoi ? Qui a dit ça ? Moi j’admire les gens qui réussissent facilement dans le fun et qui profite de la vie, qui voit toujours du positif, je trouve ça géniale de gagner au loto ou d’avoir de la chance et tant mieux si tu es né une cuillère en or dans la bouche. Ou est le problème ? C’est pas les bons et les mauvais, les riches et les pauvres, les « tu galèreras toute ta vie et tu mériteras » et les « de toute façon c’est facile pour elle » ….. Et les nuances, les variations ?

J’ai aussi remarqué que je me plaignais aux autres comme s’ils allaient pouvoir m’apporter une solution …. Mais également que ça me permettait de me voiler la face sur le fait que je procrastinais, que je n’osais pas mettre les choses en place par peur de l’échec … En gros, bin ça m’arrange bien quoi ! « C’est pas moi, c’est pas ma faute … »

Parfois on se plaint que rien ne va parce que cela nous rassure et que c’est plus facile que de changer les choses, d’expérimenter, de tenter. Que parfois changer les choses demande quelques sacrifices, des efforts, du temps et qui nous paraît plus simple de se plaindre que de mettre les choses en place. Pourtant la seule chose qui changera vraiment les choses c’est le changement 🙂 ; me plaindre ne changera pas mes pensées et mes émotions négatives, ni ma situation, peut-être même qu’à force ça éloignera des gens par lassitude ou pour toute autre raison peu importe…

Une chose est sure : me plaindre ne me permettra pas de passer à l’action.

À partir d’aujourd’hui j’arrête de me plaindre car je n’ai pas besoin de l’attention des autres, ni de leur solution, ni d’effort, ni de mériter. J’ai juste à expérimenter, tester, modifier, oser et kiffer. J’ai confiance, ça ira toujours et ce sera toujours chouette d’une manière ou d’une autre. J’ai la possibilité de choisir de pensée ce qui me fait du bien, pourquoi je devrais m’en priver ?